Site de l’A.R.P.H.P

Tique et maladie de lyme

 
  • Circulaires
  • Marche Nordique
  • - Rando Challenge
  • - Saint-Quentin
  • Les chemins mythiques
  • Un p’tit tour en France
  • - Côté nature
  • Adhésion
  • AG : Bilan et projets
  • Liens
  • Rechercher photos
  •  

    Dans la même rubrique

    Derniers messages publiés dans les forums

    (PNG)

    La tique adulte pond jusque 20000 œufs : ils éclosent en larves à peine visibles à l’œil nu puis en nymphes de 2 mm : la tique atteint chacun de ces 3 stades en se nourrissant du sang d’un hôte, mammifère, oiseau, reptile, au choix 300 espèces animales... dont l’homme.

    La tique véhicule différentes maladies dont une bactérienne, la borréliose de Lyme décrite dans cette ville des U.S.A mais largement présente en France et en Europe.

    Le randonneur contaminé ?

    Les herbes humides, à 20 cm, servent de poste d’observation aux larves. A 40 cm, les nymphes attendent leur bolée de sang frais, les tiques adultes peuvent monter à 1,50 mètre.

    Aveugle mais armée de photorécepteurs, elle détecte les changements de luminosité et reste aux aguets jour et nuit, les deux pattes avant tendues pour agripper la chevelure ou le vêtement. Là, elle se déplace sur le corps avant de se fixer solidement pour plusieurs jours, le temps de bien se gorger de sang. Elle enfonce son dard (hypostome) et creuse une cavité à travers l’épiderme.

    La tique opère sans douleur et dispose d’extraordinaires mécanismes : elle coupe la peau lentement, injecte des substances qui mettent en échec les défenses de notre organisme, aspire, réinjecte et se gonfle du sang de sa victime jusqu’à 300 fois son poids !

    Y a-t-il une réaction locale aiguë après piqûre de tique ?

    Souvent, elle passe inaperçue. Une réaction locale peut survenir quelques heures et jusqu’à deux jours après piqûre de tique. La lésion dépasse rarement le centimètre et ne s’étend pas, contrairement à l’érythème migrant.

    A quoi ressemble l’érythème migrant ?

    Le plus souvent, la lésion est également indolore, elle peut être accompagnée de brûlures et de démangeaisons.

    Les sites de prédilection sont l’aisselle, le pli inguinal et le creux des genoux chez l’adulte, le cou et la nuque chez l’enfant. Un diamètre d’au moins 5 cm en général et une progression en arc de cercle, rouge ou violacée sont caractéristiques de l’érythème migrant que tout randonneur ou toute personne faisant un sport de nature doit connaître.

    Masques de la Borréliose de Lyme Délais d’apparition
    Erythème migrant : Lésion rouge à violacée en arc de progression centrifuge 3 à 30 jours
    Lymphocytome bénin : Nodule violacé indolore surtout lobe d’oreille et chez l’enfant 2 à 10 mois
    Acrodermatite chronique atrophiante lésions rouges violacées des mains et pieds 6 mois à des années
    Arthrite : crises répétées sur une ou plusieurs grosses articulations, gonflement 15 jours à 2 ans
    Cardite : troubles du rythme régressifs , parfois stimulateur cardiaque temporaire 4 jours à 7 mois
    Neuroborréliose précoce : méningite, paralysie faciale (enfant > adulte) et autre nerfs semaines, mois
    Neuroborréliose tardive : encéphalite, névrite mois, années

    Les tiques véhiculent d’autres maladies bactériennes, virales, parasitaires : l’encéphalite à tiques et d’autres fièvres rares, aux doux noms de ehrlichiose, Babésiose, rickettiose, fièvre boutonneuse, tularémie.

    Peut-on et doit-on savoir si l’on est séropositif ?

    Les anticorps sont présents dès 3 à 5 semaines (IgM) et dès 6 à 8 semaines (IgG) et pour longtemps, si bien que l’on reste séropositif sans avoir de nécessité de traitement.

    Une sérologie positive confirme uniquement un contact antérieur avec des borrélies, mais ne permet pas de déterminer si la maladie est active ou non. Des résultats faussement positifs peuvent se rencontrer lors de diverses infections et maladies immunologiques.

    En cas d’érythème migrant, la recherche d’anticorps est inutile. On traite.

    La maladie guérit t-elle facilement ?

    Les manifestations de la borréliose de Lyme régressent sans traitement mais les antibiotiques sont indiqués pour réduire la durée des symptômes et prévenir les lésions articulaires, cardiaques et du système nerveux. On utilise les dérivés de cyclines ou de pénicillines, doxycycline, amoxicilline.

    Même traités, les malades se plaignent encore longtemps de troubles.

    Alors comment éviter la maladie, comment se protéger ?

    Existe-t-il une vaccination ?

    Actuellement pas chez l’homme, mais une faille dans la stratégie de la tique ouvre la voie à une immunité induite par vaccin : la tique ne dispose d’aucun moyen pour rester fixée ; le gorgement est perturbé et la tique doit se laisser tomber prématurément. Le vaccin est utilisé pour les troupeaux bovins australiens.

    Le meilleur moyen est d’éviter le contact avec les tiques et de connaître la façon de les retirer de votre peau. Dans chaque club de l’Aisne qui le souhaite, nous allons faire des démonstrations d’utilisation de la pince.

    Eviter les zones à tiques est irréaliste. Rien ne vaut pour éviter le contact avec la peau, des manches longues, des pantalons longs sur lesquels on remonte la chaussette, une casquette, des vêtements clairs pour repérer les tiques.

    Inspecter, après une exposition à risque, après une promenade en forêt, la peau et les zones cachées (aisselle, aine, creux des genoux) à la recherche de tiques, et chez l’enfant la tête et la nuque particulièrement exposées. Des répulsifs testés en Suisse chez des randonneurs de course d’orientation et des forestiers ont une efficacité de seulement 40%, maximale les deux premières heures de l’application. Renouveler l’application toutes les une à deux heures est recommandé mais problématique pour le visage et les mains, car parfois toxique pour la peau des enfants notamment.

    L’imprégnation des vêtements (perméthrine) est efficace mais coûteuse.

    Comment bien retirer une tique ?

    Il faut saisir la tique le plus près possible de la peau au moyen d’une pincette et la retirer doucement. Pas d’éther ! Ne pas hésiter à laisser des petits morceaux - pièces buccales résiduelles qui s’élimineront avec le temps, alors que les manipulations d’extraction à tout prix peuvent conduire à d’autres infections.

    Plus d’informations : Rev Med Suisse 2006 ; 2 : 919-24.

    Forum de l'article : 1 contribution(s) au forum

    Tique et maladie de lyme, Par : faipoux, 23 septembre 2008
    ça fou les pepettes !!!
    Retour au début des forums